Des poules élevées en plein air ?

Des œufs mensongers?

Les œufs sont un produit utilisé quotidiennement par nombre d’entre nous. Que ce soit dans nos préparations de gâteaux, tartes ou simplement seuls à la coque ou au plat, les œufs font partie de la cuisine de tous les jours.

Mais voilà, on a envie de savoir ce que l’on met dans son assiette !

Or, l’étiquetage des œufs peut être fallacieux.

Nous trouvons dans les rayons 4 mentions. Ces mentions sont reliées à un numéro allant de 0 à 3 que l’on peut trouver directement sur les œufs :

« 3 » : œufs de poules élevées en cage

« 2 » : œufs de poules élevées au sol

« 1 » : œufs de poules élevées en plein air

« 0 » : œufs de poules bio

Que nous cachent ces différentes appellations ?

3

« Les œufs de poules élevées en cage » à le mérite d’être l’appellation la plus claire : les poules passent leur vie enfermées dans une cage, dans un bâtiment. Les conditions minimales exigées sont les suivantes : une cage d’au moins 550 ou 750 centimètres carrées de surface pour une poule et une hauteur d’au moins 40 centimètres sur 65% de la surface de la cage et pas moins de 35 centimètres ou 20 centimètres en fonction de si les cages sont non-aménagées ou aménagées.

2

« Les œufs de poules élevées au sol » proviennent de poules élevées dans un bâtiment à raison de 9 poules par m².

1

L’appellation qui porte le plus à confusion à mon sens est l’appellation « œufs de poules élevées en plein air ». Cette appellation est souvent accompagnée d’une photo d’une poule au milieu d’un champ… Or, la réalité est assez différente. Pour pouvoir étiqueter « œuf de poules élevées en plein air » il suffit que les poules aient accès à un espace extérieur avec une densité de peuplement ne pouvant excéder 2 500 poules par hectare, soit 1 poule/4 m², pendant la journée.

« Un accès » ! Les poules ont donc la possibilité de sortir. Le problème est que ces poules sont enfermées dans des hangars où elles sont des milliers les unes sur les autres (9 poules/m²). Lorsque l’accès à l’extérieur est ouvert le matin, de nombreuses poules ne s’aventurent pas dans cet environnement qu’elles ne connaissent pas. En plus il faut pour cela qu’elles arrivent à se frayer un passage au milieu de milliers d’autres poules.

La législation indique que l’espace extérieur doit être « en majeure partie recouvert de végétation ». Ces termes vagues permettent des interprétations diverses de la législation et de nombreux producteurs offrent des terrains inadaptés et très peu végétalisés à leurs poules.

0

L’élevage « bio » impose une densité dans les bâtiments limitée à 6 poules par m².  Les poules doivent avoir accès à un espace en plein air « principalement recouverts de végétation ». A l’extérieur chaque poule doit avoir 4 m² de superficie disponible. Bien évidemment la mention « bio » impose également une alimentation des poules avec des produits issus de l’agriculture biologique.

Une transparence nécessaire

Il est nécessaire que le consommateur connaisse la réalité qui existe derrière chaque appellation pour pouvoir consommer tel qu’il le souhaite. Les conditions de vie des poules est un critère de choix que les consommateurs considèrent comme de plus en plus important. Ce critère est lié au bien-être animal mais également à la qualité des œufs que nous consommons, car il a été démontré que les conditions de vie des animaux, ainsi que leur nourriture, impactent directement leur santé et donc ce que nous mettons dans notre assiette.

Comme toujours, la réglementation impose un minimum à respecter qui peut nous paraître insuffisant. Ainsi un étiquetage minimaliste avec les seules obligations légales est souvent insuffisant pour que le consommateur ait l’ensemble des informations pour faire son choix. Chaque mention recouvre diverses réalités.

Si les conditions minimales exigées par la réglementation ne nous semblent pas suffisantes alors il faut consommer auprès de producteurs qui sont transparents sur les conditions d’élevage et indiquent plus que ce que la loi n’exige.

VOUS AIMEREZ AUSSI…

Le recyclage et ses logos

Le recyclage et ses logos

Le recyclage et ses logosPetit récapitulatif qui pourra vous aider à mieux vous y retrouverAvec toutes les infos contradictoires que l’on nous donne on a du mal à s’y retrouver concernant les logos sur nos emballages !C’est pourquoi, aujourd’hui je vous propose un...

lire plus
La course au prix le plus bas

La course au prix le plus bas

La course au prix le plus basPetite réflexion sur nos choix de consommation et leur effet boule de neigeEn tant que consommateur notre influence sur les stratégies des entreprises est immense. En effet, lorsque l’on souhaite acheter à moindre prix on impose à...

lire plus
Les consom’acteurs

Les consom’acteurs

Les consom'acteursDevenir acteur de sa consommationLes consommateurs ont perdu confiance en les entreprises et cela pour de nombreuses raisons : publicités mensongères, obsolescence programmée, produits de basse qualité, désinformation… Pour faire face à cette perte...

lire plus
Le transport

Le transport

Le transport Les transports: une réflexion globale Le moyen de transport est-il une variable nécessaire au consommateur pour faire son choix ? Apparemment non puisque cette information n’est pas obligatoire sur les étiquettes. Or, l’impact écologique n’est pas le même...

lire plus
Le Made in…

Le Made in…

Le made in... Des étiquettes réellement éthiques? Quand on a envie de se faire une garde-robe « éthique » on se dit que l’une des façons de le faire est de consommer des vêtements fabriqués dans des pays respectant les droits de l’Homme. Tout content on regarde les...

lire plus
Le bio dans les cosmétiques

Le bio dans les cosmétiques

Le bio dans les cosmétiques Savoir ce que l’on met sur sa peau On a envie de savoir ce que l’on met sur sa peau. De s’assurer que ce que l’on applique tous les jours directement sur notre corps est inoffensif, voire, dans l’idéal, bon pour nous. On se dit que ce qui...

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This