L’éthique environnementale et la nourriture

Un frigo qui impacte moins la planète

De nombreux consommateurs ont à cœur de réduire leur impact environnemental.

C’est vrai que nos achats quotidiens pour remplir notre frigo impactent directement la planète que ce soit en venant de l’autre bout du monde, en étant emballés de façon excessive ou en étant gorgés de pesticides.

Dans cet article je vais faire un tour, non-exhaustif, des solutions qui permettent de consommer une nourriture qui impacte moins notre environnement.

Que l’on parle du bio, du consommer local, du vrac, etc, ces façons de consommer répondent toutes à une volonté de moins impacter la planète !

Les AMAP

Il existe les Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne (AMAP). Ce sont des associations qui mettent directement en lien le producteur et le consommateur. Le consommateur s’engage pour une durée déterminée (un an) et paye par avance le nombre de paniers pour lequel il s’est engagé (en général un par semaine).

Tout le monde y gagne: Le producteur a un revenu minimum assuré sur l’année, même si ce dernier est touché par des intempéries. L’AMAP lui assure une certaine sécurité financière. Le consommateur, lui, a un panier d’un certain nombre de kilos (défini au moment de l’adhésion) de fruits et/ou légumes de saison (il peut également y avoir des œufs, des produits laitiers, de la viande,…) cultivés près de chez lui.

Le consommateur doit aller chercher son panier une fois par semaine à un créneau horaire précis, dans un point de rencontre.

Certaines AMAP proposent aux adhérents de venir certains jours à la ferme pour découvrir le lieu de production et participer à la récolte.

L’AMAP a pour objectif de favoriser une consommation locale, de protéger le producteur, de retirer tout intermédiaire, d’assurer un prix juste pour le consommateur et pour le producteur.

Voici le lien vers l’annuaire national des AMAP :  http://www.reseau-amap.org/

Les + :

  • Transports réduits ;
  • Pas d’utilisation de pesticides (bio dans la plupart des AMAP);
  • Légumes et fruits de saison ;
  • Pas d’emballages ;
  • Moins de gâchis : ce qui est produit est consommé
La cueillette à la ferme

Vous pouvez également aller directement cueillir vos fruits, légumes, fleurs ou encore récupérer vos œufs à la ferme. Plusieurs fermes ouvrent désormais leurs portes aux consommateurs qui souhaitent mettre la main à la terre, pour avoir des produits tout frais à un prix réduit. C’est un moment de rencontre avec le producteur et vous pouvez voir par vous-mêmes l’exploitation (légumes sous serres ou pas, près d’un champ non bio, …)

http://www.chapeaudepaille.fr/trouver-cueillette-chapeau-de-paille-pres-de-chez-vous.html

https://www.evous.fr/Cueillette-a-la-ferme-pres-de-Paris-Des-fruits-et-legumes-frais,1111471.html

Les + :

  • Transports réduits ;
  • Pas d’utilisation de pesticides (souvent des produits bio);
  • Légumes et fruits de saison ;
  • Pas d’emballages ;
Le marché

Il y a tout simplement le marché en bas de chez soi! De nombreux petits producteurs locaux se déplacent chaque semaine pour vous vendre directement leurs produits. Vous pouvez donc vous renseignez auprès des producteurs qui sont présents sur le marché pour savoir d’où ils viennent, quelle type d’agriculture ils pratiquent, etc…

Vous pouvez retrouver tous les + en fonction de ce que vous répond le producteur.

Les sites de vente directe

Toujours dans cette volonté d’être directement en lien avec le producteur il existe les sites internet de vente directe. Contrairement à l’AMAP, le consommateur ne s’engage pas à acheter auprès du producteur. Le consommateur est libre chaque semaine d’acheter ou non. Il est également libre des produits qu’il achète. Une fois la commande passée, le consommateur n’aura plus qu’à se rendre au lieu de distribution, au jour et à l’horaire indiqué. Les produits peuvent donc éventuellement venir de partout en France, ils ne seront pas forcément produits près de chez vous.

Voici une carte qui référence 256 « drive fermiers »* en France, sur laquelle vous pourrez voir ceux qui existent près de chez vous : http://www.drive-fermiers.fr/carte-des-drive-de-produits-fermiers/ .

Il existe aussi des sites tels que « La ruche qui dit oui », « Pour de bon », … et de nombreux sites existent dans chaque région, donc je vous laisse regarder ce qu’il y a près de chez vous !

Les + :

  • Pas d’utilisation de pesticides (souvent des produits bio);
  • Légumes et fruits de saison ;
  • Pas d’emballages ;

* Défini comme « un site internet de vente de produits locaux & de saison (exclusivement) en circuit-court, pour lequel les producteurs préparent les commandes juste avant que le consommateur ne vienne les retirer au lieu / jour / créneau horaire convenu. Le service prévoit une aire de stationnement pour le chargement des courses dans le coffre du véhicule du client (drive). »

Le Bio

Celui dont on entend le plus parler : le Bio. Consommer bio c’est favoriser une agriculture sans produits chimiques. Le Bio concerne les produits issus de l’agriculture et l’élevage des animaux.

Consommer bio a un impact direct sur l’environnement puisque le bio interdit l’utilisation de nombreux produits. Ainsi, nos fruits et légumes sont produits « au naturel » et nous limitons le nombre de produits déverser dans la terre et donc dans l’ensemble des ressources naturelles.

On trouve du bio dans de nombreux magasins, que ce soit des magasins spécialisés ou des grandes surfaces.

Les + :

  • Pas de pesticides
  • Généralement des légumes et fruits de saison
Les Jardins de Cocagne

Très proche du fonctionnement des AMAP, il y a les Jardins de Cocagne: le consommateur achète par avance ses paniers pour une période donnée et récupère son panier chaque semaine. Les Jardins de Cocagne emploient des personnes en rupture avec le monde du travail. Les Jardins de Cocagne s’engagent dans une agriculture biologique.

http://www.reseaucocagne.asso.fr/cest-quoi-un-jardin-de-cocagne/

Les + :

  • Transports réduits ;
  • Pas d’utilisation de pesticides (bio);
  • Légumes et fruits de saison ;
  • Pas d’emballages ;
  • Moins de gâchis : ce qui est produit est consommé
La récup’

Une autre façon de réduire son impact sur l’environnement est de consommer les fruits et légumes abîmés ou les produits qui vont bientôt se périmer. De plus en plus de magasins favorisent cette pratique en mettant à prix réduit, les produits dont la date de péremption est proche.

De nombreux fruits et légumes sont jetés chaque année car ils ne correspondent pas aux standards de la grande distribution : poids, couleur, forme,… Plusieurs initiatives ont vues le jour afin de récupérer ces fruits et légumes et de les remettre dans le circuit de vente.

Par exemple, les Gueules Cassées font ce travail en proposant au consommateur des produits ayant « la gueule cassée » à un prix réduit.

Re-Belle, récupère les fruits et légumes sortis du circuit de vente et les transforme en confitures.

Les + :

  • Moins de gâchis : ce qui est produit est consommé
Le vrac

Il y a également le « consommer sans emballage ». On sait aujourd’hui que de nombreux produits sont sur-emballés et que ce suremballage impacte directement la planète en créant de nombreux déchets qui auraient pu être évités et qui vont mettre de nombreuses années à disparaître. Certains magasins ont été créés autour du zéro emballage. Ce concept se développe de plus en plus en France mais est encore loin d’être devenu la norme. Dans ces magasins venez avec vos sacs, boîtes, bouteilles… et servez-vous directement ! Le prix se fait en fonction du poids. Cela permet d’acheter la quantité que vous souhaitez sans être contraint par les packagings imposés par les industriels.

Pour donner l’exemple parisien, il semblerait qu’il n’existe qu’une enseigne qui propose du 100% sans emballage : Day by Day (http://daybyday-shop.com/). D’autres enseignes proposent certains produits sans emballages (souvent les fruits secs, la farine, les fruits et légumes…) Ce sont en général les magasins bio tels que la Biocoop, Bio C Bon, les Nouveaux Robinson, Naturalia, La Vie Claire, le Retour à la Terre (bar à vrac de plus de 100 produits).

Le site Les bonnes poires à recensé les épiceries vrac existant en France. Comme je l’ai précisé plus haut, seules peu d’épiceries sont en réalité 100% vrac, la plupart proposent certains produits en vrac : http://lesbonnespoires.fr/cartes/epiceries-vrac/ .

Les + :

  • Pas d’emballages ;
  • Pas de pesticides (souvent bio)

VOUS AIMEREZ AUSSI…

L’éthique de la santé et les habits

L’éthique de la santé et les habits

L’éthique de la santé et les habitsDes habits qui vous veulent du bienLorsque l’on pense à sa santé on pense à la nourriture, au sport, mais rarement à ses vêtements. Et pourtant, nous portons nos vêtements chaque jour à même la peau et cette dernière laisse passer...

lire plus
L’éthique environnementale et les habits

L’éthique environnementale et les habits

L’éthique environnementale et les habits Une penderie qui impacte moins la planète Lorsque l’on achète des habits et que l’on est sensible à son impact environnemental on peut regarder plusieurs variables: Le transport Les matériaux utilisés : matières premières,...

lire plus
L’éthique de la santé et la nourriture

L’éthique de la santé et la nourriture

L’éthique de la santé et la nourriture Des pratiques bonnes pour la santé Nous sommes nombreux à mettre notre santé au cœur de nos préoccupations et la nourriture est l’une des variables à laquelle nous pensons immédiatement. Notre corps est fait de ce que l’on...

lire plus
L’éthique animale et les habits

L’éthique animale et les habits

L’éthique animale et les habits S'habiller sans utiliser les animaux Quand on veut consommer des habits qui n’utilisent pas de produits issus des animaux il n’y a pas 36 solutions : il faut se renseigner sur la composition des vêtements. Certaines marques s’engagent à...

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This